La retraite progressive permet à une personne en activité professionnelle, d’obtenir une fraction de sa retraite, tout en poursuivant une activité à temps partiel inférieure à la durée légale ou conventionnelle applicable dans l’entreprise. C’est un dispositif d’aménagement de fin de carrière.

Le dispositif de la retraite progressive n’est applicable qu’aux 

  • Salarié(e)s (CNAV et AGIRC-ARRCO, CAVEC salarié),
  • Exploitant(e)s agricoles (MSA et RCO),
  • Indépendant(e)s (CNAV et RCI). 

Durant votre période de retraite progressive, vous continuez d’obtenir des trimestres de retraite et des points auprès des caisses de retraite complémentaire. Cependant, les nouvelles cotisations versées sont assises sur votre nouveau salaire à temps partiel.

Par conséquent, et avec l’accord de l’employeur, vous pouvez cotiser sur la base d’un salaire plein à la fois pour la retraite de base et la retraite complémentaire. 

Concernant les professionnel(le)s libéraux, la part de cessation d’activité étant difficilement comptabilisable, ils/elles ne peuvent pas prétendre à la retraite progressive. En revanche, si vous avez cotisé auprès de la CNAVPL au cours de votre carrière, l’attribution d’une retraite progressive à l’un des régimes évoqués ci-dessus, entraîne le service de la même fraction de retraite au régime des professions libérales.

La retraite progressive, appelée Cessation Progressive d’Activité, a été supprimée en 2011 dans la fonction publique.

Pour pouvoir bénéficier de la retraite progressive, il faut réunir plusieurs conditions 

  • Être âgé(e) de 60 ans
  • Justifier de 150 trimestres tous régimes confondus,
  • Exercer une ou plusieurs activités à temps partiel représentant une durée de travail globale comprise entre 40 et 80 % de la durée de travail à temps complet.

En revanche, certains salarié(e)s relevant du régime général ne peuvent pas bénéficier du mécanisme de la retraite progressive : les cadres au forfait-jour, les VRP, les artisans taxi et les mandataires ou dirigeants de sociétés.

Le montant de la retraite progressive sera calculé de la même manière que la pension de retraite classique, et proratisé en fonction de votre durée de travail à temps partiel. 

Ce montant de pension pourra être minoré si vous ne justifiez pas du nombre de trimestres requis pour obtenir le taux plein. La décote ne pourra pas être inférieure à 25 %.

Le montant perçu est un montant provisoire, qui sera recalculé à la liquidation définitive de votre retraite. 

Concernant les retraites complémentaires AGIRC-ARRCO et IRCANTEC, les mêmes règles de calcul s’appliquent et les pensions servies sont égales à la différence entre 100 % et la quotité de travail à temps partiel.

En revanche, l’AGIRC-ARRCO applique des coefficients de minoration plus importants que ceux appliqués par le régime général.

Pour pouvoir bénéficier de la retraite progressive, il faut réunir plusieurs conditions 

  • Être âgé(e) de 60 ans
  • Justifier de 150 trimestres tous régimes confondus,
  • Exercer à titre exclusif une activité commerciale ou artisanale.

Dans le cas des indépendant(e)s, et en raison de la difficulté à quantifier la baisse d’activité en termes d’heures, le montant de la retraite progressive est calculé en fonction de la diminution des revenus professionnels suivant la diminution d’activité

La demande de retraite progressive englobe à la fois la retraite de base et la retraite complémentaire. 

La baisse de revenus ne doit pas être inférieure à 20 %. Dans ce cas, la fraction de pension de retraite ne sera pas versée

Pour pouvoir bénéficier de la retraite progressive auprès de la MSA, il faut réunir plusieurs conditions 

  • Être âgé(e) de 60 ans
  • Justifier de 150 trimestres tous régimes confondus,
  • Exercer à titre exclusif une activité de chef d’exploitation ou d’entreprise agricole.

Le montant de votre retraite progressive sera calculé selon votre statut.

Si vous êtes assujetti(e) par rapport à une surface minimum d’installation 

  • Une réduction d’exploitation de 35 à 45 % vous permettra d’obtenir 40% du montant de votre retraite,
  • Une réduction d’exploitation supérieur à 45 %, vous permettra d’obtenir 50 % du montant de votre retraite,

Si vous êtes assujetti(e) par rapport à un temps de travail 

  • Une diminution de votre activité entre 400 et 800 heures de travail, vous permettra d’obtenir 40 % du montant de votre retraite,
  • Une diminution de votre activité supérieure à 800 heures de travail, vous permettra d’obtenir 50 % du montant de votre retraite. 
HAUT